J'ai découvert sur l'ile d'Oléron un lieu magique, intemporel, et féerique.

En plein coeur des anciens marais salants, j'ai dégusté une belle assiette d'huitres et je me suis laissée emportée par Yannick JAULIN conteur.

Site du Théâtre

Rencontre avec Olivier Fondateur de l ' Agence Révélateur


Qu’est ce qui a motivé le choix de monter l’agence Révélateur ?

Pendant 15 ans j’ai travaillé dans une institution photo qui s’appelait le Patrimoine photographique. Il dépendait du ministère de la Culture, sa fonction était l’inventaire, la conservation, la diffusion de fonds photographiques de grands photographes qui avaient eux même donné leur droit et leurs fonds à l’état. C’était de la photographie ancienne, et pendant toutes ces années j’ai rencontré plein de jeunes photographes dont j’aimais le travail mais que je ne pouvais pas aider car ma fonction était la photographie ancienne et non contemporaine. Je suis resté en contact avec eux, j’ai développé un réseau assez important dans la presse, le milieu des galeries, le milieu institutionnel, et il y a eu une réforme au ministère et le Patrimoine Photographique s’est arrêté. J’en suis parti et j’ai eu l’idée de monter une association pour aider ces jeunes photographes à exposer, se faire connaître. Je me suis lancé avec le statut d’auto entrepreneur afin de « professionnaliser » mon projet. Je leur ai proposé de les représenter, car je me suis aperçu qu’ils avaient une production qui leur prenait beaucoup de temps, et qu’ils n’avaient pas le temps de faire connaître leur travail, et ça c’est un vrai boulot. C’est plus facile de montrer le travail de quelqu’un d’autre que son propre travail. En général les photographes ne sont pas leur meilleur porte parole et le boulot d’agent ça permet d’avoir une distance par rapport à tous les interlocuteurs que j’ai, d’y mettre un peu moins d’affect, afin que cela soit moins violant, brutal quand un photographe se retrouve face à un galeriste, un conservateur, un collectionneur, qui peut lui dire des choses désagréables. Je suis un pivot, un axe entre les photographes et le milieu de l’art. J’aime ce travail de pivot, je suis un peu l’huile dans le rouage.

Qu’est ce qui vous touche quand vous regardez une photo ?

Plein de choses ! Ca peut être la lumière, je suis très sensible à la lumière dans une photo, l’atmosphère… Je suis attiré par plein de choses différentes, la couleur, le flou, le grain… Mais quand une photo me plait il faut que j’en voie d’autres du photographe pour voir si c’est juste un coup de chance ou si ça s’inscrit vraiment dans une série, une cohérence une écriture, dans une sincérité. En fait ce qui m’intéresse le plus dans une photo c’est la sincérité, et puis quand j’en achète car ça m’arrive, je suis un petit collectionneur, ma première question c’est de me dire est ce que je vais pouvoir vivre avec cette photo tous les jours, quand je vais m’arrêter devant cette image, est ce que je ne vais pas m’en lasser, est-ce tous les jours elle va pouvoir me raconter quelque chose de différent ? Je n’ai pas envie d’avoir une photo que je vais mettre dans un tiroir, c’est vraiment pour vivre avec. 

Concernant les expositions que vous organisez, comment faites-vous l’éditing ? 

Avec le photographe, avec le galeriste évidemment quand c’est dans une galerie car il connaît son lieu, sa clientèle et donc il sait dans ce que je propose avec l’artiste ce qui peut plaire ou ne pas plaire à ses collectionneurs, car le but du jeu c’est de représenter artistiquement les photographes, mais aussi commercialement même si c’est via la galerie, il faut que cela puisse se vendre pour que chacun puisse en vivre. On a un éditing de base et dans les séries que l’on propose aux galeries, aux festivals, aux musés il y a des choix qui se font. 

Est-ce que c’est vous qui choisissez le thème de vos expositions ? 

Non, ce sont les photographes qui décident, développent leur propre série, me les montrent et c’est à moi de leur dire si je sens des choses, si il y a des sujets que je me sens prêt à défendre, parce que j’ai des affinités avec ou pas. Apres j’ai des relations avec les galeries et les musées comme c’est le cas en ce moment avec la galerie Tagomago qui organise deux expos collectives sur le thème des masques et une autre sur le thème du dos en photographie, Je vois avec les photographes de mon agence , je leur demande si ils ont des images à proposer, après je monte un dossier que j’envoie aux galeristes et voilà, une chose se met en place ou pas, il y a des choix qui se font. Pour « Je et un autre » l’exposition à l’étoile du Nord là c’est moi qui ai choisi ce thème du portrait, d’autoportrait, parce que du coup ça devenait aussi un portrait de l’Agence Révélateur. Je leur ai demandé si ça les intéressait de travailler sur ce sujet, de faire quelque chose de nouveau, pas de puiser dans ce qui existait déjà, de s’associer par deux et de se lancer sur ce croisement de portrait et d’autoportrait, là effectivement c’est comme si j’étais « commissaire », je suis à l’origine de cette thématique là. Comme les services photo des magazines nous connaissent, ils peuvent aussi nous demander si dans les photographes que je représente il y a tel photographe qui pourrait travailler sur tel ou tel sujet, après moi ça je peux leur proposer. Et puis eux sont aussi vecteurs d’idées, il y a plus ou moins un esprit collectif qui se met en place entre eux, ils travaillent par deux, par trois sur un sujet, il y a des échanges et ils me proposent de travailler avec eux la dessus c’est un fonctionnement assez libre. 

Quel est votre rôle ou relation avec le Centre Iris ? 

Je travaille au Centre Iris depuis 2009. J’ai commencé à créer l’idée d’agence parallèlement à mon travail au Centre où je m’occupe des relations presse, de la communication avec Pierre Gassin, je suis sur la partie galerie, je trouve et monte les expositions du Centre. J’y travaille comme salarié jusqu’à la fin du mois, ensuite j’y serai comme prestataire extérieur à peu prés sur les mêmes besoins. Je continuerai à m’occuper de CAFEFOTO, les lectures de portfolio car je trouve que c’est complètement en phase avec l’agence et le fait que ces lecture de portfolio soient gratuites je trouve ça vraiment bien car c’est vrai qu’en ce moment il y a toute une économie qui se greffe autour de la photographie, des résidences d’artistes, des lectures de portfolio payantes, des concours payants et qu’au final c’est toujours le photographe qui paie. Ici au Centre les lectures de portfolio sont gratuites et il n’y en a pas tant que ça. Et puis j’y ai fait des belles rencontres comme Isa Marcelli et d’autres que je ne représente pas forcément mais que j’ai découvert et que je suis. Ce qui est intéressant c’est qu’il y a plein de photographes qui viennent vers moi, qui me demandent des conseils, qui veulent être représentés. Pour le moment je ne peux pas les représenter parce que 16 photographes c’est déjà énorme, mais il y a des liens qui se créent, je peux leur donner des petits conseils, ça me plait ça !  

Site de l'Agence